AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Histoire des peulpes du nord et des fondateurs de la Normandie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ivarr Sigmarsson
Admin


Messages : 106
Date d'inscription : 30/08/2008
Age : 56
Localisation : Trois-Rivières

MessageSujet: Histoire des peulpes du nord et des fondateurs de la Normandie   Dim 4 Jan - 18:28

Voici une adresse qui vous permettra d'obtenir l'histoire complète de la formation de la Normandie. Des premiers Jarls jusqu'à sa période moderne en passant par la grande aventure de Guillaume le conquérant qui devint roi d'Angleterre.

Comme le document est en français sa lecture en est relativement facile. Comme le document peut-être télécharger, vous pouvez en profiter

Tout y est vraiement, bonne lecture.

http://books.google.ca/books?id=DXc2AAAAMAAJ&pg=PA274&dq=%22Histoire+des+Normands%22&lr=&hl=fr#PPA1,M1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
O-H de Warenghien



Messages : 12
Date d'inscription : 16/12/2013
Age : 62
Localisation : Pavilly (Pays de Caux / Normandie)

MessageSujet: Ce que les Normands ont oublié de leur histoire...   Lun 16 Déc - 11:28

Du - IIème au XVIIIème siècle, vingt siècles de langue saxo-norroise en Normandie:

- IIe - Les Cimbres, peuple germanique originaire du Jutland, en 113 avant notre ère, résident aux environs de Rouen, chez les Veliocassii selon Titus-Livius/Tite-Live dans Periocha 67, ils sont ancêtres des Eburons-Aduatuques Belges, et frères des Eburoviques d'Evreux.

IIe - Les Kaltia: "Calètes" peuple Belge de Gogletgarth, virent leur effectif gonfler au II/IIIème s. de notre ère, par l'apport sanguin d'immigrants Kattes/Chattii/Chauques de Germanie (partie de la confédération des Alamans avec les Nariques), de même origine kelto-nordiſkr, peu avant l'effondrement de l'empire romain sous la poussée des peuples germaniques.

IIIe - Thorin, Þrótt juto-saxon, remonte la Seine & l'Eure en 249/250, il tentera de prendre Chartres, mais échouant se rabat sur Evreux qu'il conquière y chassant les Romains, il y bâtira un temple óðinnique, où il officiera jusqu'à sa mort en 270, tué par les légionnaires du général romain Licinius qui reprend momentanément la ville.

Début de la possession saxonne, Otlingua harduini dans le Cotentin (du nom de son plus grand chef, plus tard, historiquement mélangée avec l’Otlingua saxonia), avec Walhúnnja: "Valognes", ancien pays saxon de Valognes du IIIème au IXème s., qui s'étendait à l'Est du Cotentin, de Carentan à Octeville), & Plæn: "Plain", pays du Col du Cotentin, sur la côte N.-E., créé par les Saxons, au Sud du Sarnes & à l'Est du Belt, y sont rattachés les îles Saint Marcouf.

Fin IIIème siècle, Dioclétien crée la Lugdunaise II: "Lyonnaise Seconde" (qui recouvre approximativement la superficie de la future Normandie ducale), avec Rouen comme chef-lieu administratif. Des Lettes (Lettons) et Suèves (Souabes, se trouvaient en Lugdunaise II, à Bayeux et Coutances, selon la Notitia dignitatum rédigée vers 370/420).

IVe - Arrivée massive des Saxons (Littus saxonicum: "rivages saxons", correspondant en gros aux côtes normandes jusqu’au boulonnais).

Au IVème siècle, les Saxons occupent la totalité du Bessin.

Ve - Début de la possession saxonne, Otlingua saxonia: "saxe non fiscalisée", dans le Calvados, l’Orne et la Sarthe. Saxonia: "Sées", Alençon (Orne) est fondée par le Roi des Alains Eokarik/ Eocaric, à qui Ætius en 441, abandonna une partie de l'Armorique, dont il chassa tous les habitants romains et Gaulois (dit faussement gallo-romains de nos jours), épuration ethnique coutumière de l'époque.

VIe – Les Saxons sont aux Pays de Caux, de Fécamp à Dieppe & de Darnétal à Bonsecours (au Mont Turinge, dans la future Normandie, l'évêque "chrétien" gallo-romain St. Valéry 565/611, fit abattre un arbre énorme que les Saxons de la vallée de la Bresle adoraient, pour hâter leur conversion. Attaque des Saxons de Bayeux (saxones bajocassinii) en 590, par Waroc’h II (comte de Vannes), sous l'instigation de Frédégonde.

Au VIème siècle, à leurs arrivées en Armorique, Childebert donne les "futures" îles anglo-normandes aux Bretons. Cadeau empoisonné, vu qu’à la même époque, les Frisons et les Saxons, occupent les îles dont Angia : "Jersey", et la future "basse" Normandie depuis le IIIème siècle, Walhunja : "Valognes" (de Carentan à Octeville, Est du Cotentin), y sont rattaché les îles Saint Marcouf, tandis que l’Otlingua saxonia comprend le Calvados, l’Orne et la Sarthe, avec Saxonia : "Sées", Alamannia: "Alençon" est fondée par Eokarik roi des Alains, à qui Aetius en 441, donne une partie de l’Armorique, dont il chasse les Romains, Gallo-romains et Gaulois (coutume courante de l’époque).

Les possessions saxonnes de Normandie occidentale perdureront jusqu’au IXème siècle.

La Neustrie : De Neu-West-reich: "nouveau royaume d'West" en germanique, Nieuw-Westers-rijk en hollandais, Neuwstrich par métaphonie, rendu par Neustrie en roman francilien, conquise par les Alamans, Alains, Angles, Frisons et Saxons qui poussèrent jusque dans l'hinterland, en lieu et place du Neuwstrich Frank.

Les Saxons eurent avant l'arrivée des Normands, le privilège d'avoir eux aussi leurs propres Ducs dont: Aubert de 751 à 770, son fils Richard de 770 à 828 (le Saxon Robert surnommé "le Diable", autre fils d'Aubert, fut confondu à dessin par les Français, avec le Duc Viking Hróbjartr Skrautfíkinn: "Robert le Magnifique"), et son neveu Ernëz de 828 à 830 (assassiné par le Duc mérovingien du Razès Guillem de Gellone dit "au court nez", fils de Theodoric, qui fit couronner Roi de France Louis le Pieux dit "le débonnaire" en 813, fils de Karl Magnus, l'histoire des Ducs saxons circulait déjà en Normandie avant 1480).

Ensuite, le Neuwstrich indépendant échut provisoirement 15 ans au Comté de Paris de 830 à 845, sous le nom francilien de Neustrie (dixit "l'Histoire de la Neustrie", rapportée en 1558 par l'historien Jehan Nagorel, archidiacre de Rouen en 1570).

VIIIe - Au S.-W. de la Saxe Neustrienne, occupée par les Franks chrétiens, plus exactement dans la future Normandie l'Orne, le Perche, le Maine, la Sarthe & la Mayenne, ainsi qu’en Hurepoix (île de France), Karl Magnus déporta des milliers de survivants Saxons toujours païens de la bataille de Verden (en 782, selon l'historien Heiginard/Eginhard, 10 000 hommes, femmes & enfants des 2 rives de l'Elbe, furent déportés en Germanie & Gaule), dans des caricatures de Hreppar: "communes rurales" gérées par des monastères, qui les réduisent en esclavage appelés Kolliber, ils ne furent libérés qu'avec l'arrivée de leurs frères & coreligionnaires Vikings en Normandie.

En 800, Karl Magnus/Charlemagne fait fortifier St. Lô, Avranches et Coutances contre les Vikings. Pourquoi l’aurait-il fait, si les Skandinaves ne naviguaient pas déjà au large de la Neustrie, et n’avaient pas déjà embouché au Bessin (Grand Vey et Petit Vey), et aux Caps du Cotentin. D’autant plus que selon Alcuin, des Vikings auraient tenté de débarquer en Aquitaine en 799, mais auraient été combattu & certains tués sur le rivage, par des soldats Franks.

IXe - Le Neuwstrich indépendant échut provisoirement 15 ans au Comté de Paris de 830 à 845, sous le nom francilien de Neustrie. Les Saxons déportés dans le Bessin sont reconnus comme frères par les Vikings. En 820 les Vikings fréquentent la (future) Normandie, le chef Goth Bera de l'île de Gothie (Danmark), s’installe à Rouen en 820 avec une partie de son peuple. Vers 830 des Goths de Septimanie, s’installent dans le Roumois et le Bas-Perche. En 841, le Jarl Viking Suédois Ivar crée le petit royaume d'Yvetot. Les Vikings s'y installent définitivement en 856, première vague de colonisation par les Normands jusqu'à la conquête Viking de 887.
En 820, les Vikings mouillent dans l’estuaire de la Seine, et accostent en Pointe de Caux, campant au village « Les neiges » (mauvaise francisation du norrois MejŔ: "médecins coutumiers").
En 847, les Vikings pillent l’église du Mt. St. Michel, et les Bretons sont à Bayeux.
En 850, les Bretons se saisissent provisoirement des pays à l’West de la Vire.
En 856, les Vikings s’installent définitivement en Normandie continentale, occupant les îles normandes de l'West (dites anglo-normandes en français, et Channel Islands en english). Bjön Járnsiða: "cotte de fer" (dit Berno dans les annales, fils de Ragnar Loðbrók), irradie de Jeufosse au Perche (et s'illustre de 859 à 862 avec le Jarl HaſtĒn: "Hasting", dans des expéditions en Méditerranée, qui contribueront à chasser les Arabes de France).
En 862, selon les Annales de St. Bertin, les Bretons auraient chassé les Skandinaves d’Avranches (mais il fort probable que cela soit une rédaction antidatée sur 869).
En 866, Avranches et Coutances sont aux mains des Vikings. A Brissarthe, les troupes du roi Salomon de Bretagne, soutenues par des mercenaires vikings de Bretagne, de l’Avranchin et du Cotentin, battent les Franks et tuent Robert le Fort (ancêtre des Capétiens).
En 867, Charles le Chauve, donne l’Avranchin, le Cotentin et le comté de Coutances à Salomon roi de Bretagne (don théorique, vu que les Vikings s’en étant emparé, l’occupaient déjà, et que les Franks ne maîtrisaient pas la partie de Neustrie saxonne, qui deviendra la Normandie).
En 869, Salomon II chasse les Vikings d’Avranches.
De 875 à 890, les Iro-Skandinaves viennent en nombre occuper le Cotentin.
En 876 Hrolf-ganger: "Rolf le Chemineau" (dit Rollon en Fr.), fait un raid à Rouen et Bayeux (où il ravit Póppa fille nubile du Comte Berenger, épousée More danicus: "à la danoise" en 885).
En 889, les Vikings reprennent Avranches et Coutances.
En 889/890, les Vikings prennent St. Lô.

Xe - Traité de Saint Clair-sur-Epte, 20 juillet 911, entérinant la conquête Viking. Seconde vague de colonisation par les Normands.

En France à la même époque, les évêques chrétiens, font massacrer les derniers Gaulois employant encore la langue celtique, exemple à Lucina (Gorgobina de César, région de Nevers), et Aleth (West de Saint-Malo).
En 911, le traité de St. Clair-sur-Epte, entérine l’occupation du Neuwstrich par les Vikings, acte officiel de création de la Normandie orientale, entre Rollon et Charles le Simple (roi usurpateur, qui soulignons le, gérait provisoirement cette partie de la Neustrie saxonne échut en gage depuis 15 ans, par Guillem de Gellone au Comté de Paris, géré temporairement de 830 à 845 et annexé illégalement par tour de passe-passe historico politique, ce qui moralement ne lui donnait pas le droit d’en disposer).
Le titre de duc, comme le nom de duché, ne s’imposant vraiment qu’à partir du XIème siècle, Rollon, Jarl des Normands, porte alors le titre de prince ou de comte, selon les us de l’époque ; un titre qui lui confère la plupart des attributs dévolus à la puissance royale, y compris le contrôle de l’Église. De la même façon, le roi Charles III le Simple (emprisonné en 922 pour avoir "cédé" la Normandie Orientale), dans un diplôme (acte) daté de 918, reconnaissant explicitement avoir donné une « terre aux Normands de la Seine, c’est à dire à Rollon et à ses compagnons », exclut, de fait, tout lien vassalique et rend caduque la thèse d’un prétendu hommage rendu par Rollon à Saint-Clair-Sur-Epte (et d’une prétendue « commise » de la Normandie par Philippe Auguste en 1204). C’est en 940 que Guillaume Longue-Epée, second duc de Normandie, prêtera « hommage en marche » (c.-à-d. seulement pour ce qui concerne les terres frontalières) au roi de France Louis IV d’Outremer. Le même Louis IV en 945, et les Grands du royaume, qui reconnaîtront l’indépendance totale du duc et du duché de Normandie.

En 912, Rollon donne d’importantes dépendances du Cotentin, de Saint Sauveur le Vicomte à Bricquebec, à AſlĒkr: "Asleikr/Anslech" (Viking secrétaire de Hrolfr), premier Seigneur du Cotentin, fondateur de la famille seigneuriale de Bricquebec (un de ses Jarls, selon l’historien Charles de Gerville).
En 917 le Jarl danois Þórketill: "Thorketel" s'installa dans le Bessin.
En 924, Raoul de Bourgogne (roi de France de 923 à 936), successeur de Robert I (922/23), lui même remplaçant de Charles le Simple (emprisonné en 922 pour avoir "cédé" la Normandie Orientale), est contraint à son tour à céder le Mans, Bayeux, le Bessin et le Hiémois à Rollon.
En 933, Raoul donne la Terre des Bretons (et non une partie de la Bretagne, qui est sous suzeraineté normande de 919 à 937), c'est-à-dire le Cotentin, ses îles et l’Avranchin à Rollon (terres qui depuis longtemps ne sont plus des Bretons, mais des Vikings, ce qui fait que cette partie continentale de la Normandie, n’appartint théoriquement aux Bretons sur le papier et de façon toute relative, que 86 ans ; étant donné que les Vikings en furent toujours maîtres).

XIe – Le Cotentin Óðinniste est décrit comme semi-barbare par la propagande des clercs chrétiens. Troisième vague de colonisation normande.
Vers 1009, les terres entre la Sélune et le Couesnon appartenants auparavant à la Bretagne, furent rattachées à la Normandie.
1050, la région de Domfront est rattachée à la Normandie.

XIIe - Date supposée de disparition du norrois en Normandie (selon l’histoire révisionniste française). Ce qui est peu probable, vu que Robert Wace, employant la langue des oiseaux écrivit dans la Geste des Brut: "Mercure qui en autre langage est appelé Wotan" (message crypté qui se traduit litt. « Mercure qui en notre langage est appelé Wotan », voulant signifier par là que le norrois, malgré les interdits de l’église, était encore employé à son époque par les descendants des Vikings). D’autant plus que du XIIème au XVème s., à la demande des Plantagenêt (descendant de Widukind), 400 000 mineurs saxons & leurs familles originaire de l'Erzgebirge (Sudetenland), émigrèrent en Normandie Occidentale (Orne, Perche, Maine & Sarthe jusqu'au Sud du Mans).

Selon les "historiens" grimauds Français, si promptes à désinformer, déjà sous Willelm lengſt brandr (Guillaume longue épée), le NorĒŔ était en perdition. Ce qui ne cadre pas avec les chroniques de l'époque, rapportant que des Danois appelés sous Richard I & Richard II, vinrent & restèrent par milliers en Normandie, séduit par le climat, la ressemblance des mœurs & du langage.

XIIIe - Création des Frairies et Confréries de Charitons en Normandie, pour garder secret et faire perdurer la langue sacrée des Norrois. Marie de France emploi le mot Jargon (du norrois Jarg: "bavardage").

XVe - Mention du jargon des filous de Rouen, en 1426 (que les Français se plaisent à prendre pour l’ancêtre de l'argot).

XVIe - Les Gætir, première insurrection Óðinniste de Normandie, de 1587 à 1589, contre l'intolérance franco-chrétienne.

XVIIe - Premières Dragonnades contre les locuteurs de norrois et massacres dits « Peste Bosh » des villages « norrois » de Normandie.

XVIIIe - 1710 révolte Vargúlfar (mal traduit Wargoulfiers), menée par Anna af Maljurſtill: "Anne de Malhortie", aidée de la Hollande et du général Van Emden, tentative avortée d'établissement d'une République Batave de Normandie, réprimée elle aussi dans le sang.

 study  (Extrait de mon dictionnaire encyclopédique Normand-Français / Français-Normand)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ma_normandie.eklablog.com/
 
Histoire des peulpes du nord et des fondateurs de la Normandie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Iron Mike
» Histoire du café polyglotte sur le net
» Musée WW2 - Calais ( Nord Pas de Calais )
» L’histoire du Sundae Crème Glacée !
» Attaques pirates maures sur les cotes du nord de l Europe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bienvenue sur le forum des filles et fils d'Ullr :: Références historiques-
Sauter vers: